REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
En application de la directive européenne dite "paquet télécom", les internautes doivent être informés et donner leur consentement préalablement à l'insertion de traceurs. Ils doivent disposer d'une possibilité de choisir de ne pas être tracés lorsqu'ils visitent un site ou utilisent une application. Les éditeurs ont donc l'obligation de solliciter au préalable le consentement des utilisateurs. Ce consentement est valable 13 mois maximum. Certains traceurs sont cependant dispensés du recueil de ce consentement.

Pour en savoir plus visitez le site de la C.N.I.L. ici


Une librairie, un univers
Dans cette rencontre, j’ai aimé le fait que le libraire nous raconte son histoire et la façon dont il tient sa librairie qui occupe une grande partie de sa vie. J’ai aussi apprécié qu’il nous fasse découvrir des livres originaux et certaines anecdotes comme le jour où une de ses clients a sorti un livre de sa vitrine car il n’était pas en accord avec l’univers de sa librairie.
Cette rencontre m’a permise d’en apprendre plus sur un métier qui m’était inconnu.

Margaux Samson, seconde 2


Le 2 novembre 2015, au CDI du lycée, nous avons rencontré Jean-Paul Brussac, libraire passionné et propriétaire de la « Librairie Olympique » se situant sur la place des Chartrons à Bordeaux.
Jean-Paul a suivi une formation de sculpteur et, à 20 ans, il a commencé à travailler à la librairie « Shakespeare et Cie » à Paris où il s’est enrichi en littérature.
Son métier repose sur 2 actions principales : aider les clients, les conseiller sur des lectures en fonction de leurs goûts personnels et avoir une réflexion globale sur les livres qui paraissent pour savoir s’ils pourraient être vendus dans sa librairie.
Les qualités nécessaires pour être un bon libraire reposent sur la psychologie, le sens de l’écoute, l’attention. Il faut aussi être méticuleux, ordonné, précis et gestionnaire.
Mais ce que recherche avant tout Jean-Paul c’est se faire plaisir en vendant des livres qui lui plaisent et en ne cherchant pas à vendre un roman juste parce qu’il est populaire. Un lien complice se forme entre le libraire et son client lorsqu’il lui vend un livre qui l’a touché. Il cherche à générer une réflexion sur les livres qui sortent et proposer un choix original.

Pauline Mortel, seconde 2


Impressions des élèves sur le déroulement de l’interview :
 « Je n’avais aucune idée du métier de libraire, cette rencontre m’a beaucoup appris, J’ai appris que chaque libraire a un style qui lui est propre. J’ai découvert le point de vue d’un libraire comme si je passais de l’autre côté du comptoir. J’ai appris que c’était un métier de passion. » 
Sur le livre :
« Cette rencontre a été très enrichissante car elle m’a permis de découvrir toutes les fonctions du métier de libraire. J’ai adoré apprendre la manière dont les livres étaient imprimés. »
Sur l’aspect commercial :
« J’ai appris le 80.20, la gestion des stocks, je sais maintenant que ce métier fait un peu partie du patrimoine de la France. »
« Si toutes les librairies de quartier disparaissaient au profit des grandes surfaces, la France perdrait un peu de son histoire. Il faut continuer ces rencontres pour sensibiliser les jeunes. Il faut soutenir les librairies indépendantes en y allant. »

CDIL2 CDIL1  

Dans le cadre de l’atelier Plumes, les élèves de seconde ont fait la rencontre d’un libraire indépendant au CDI du lycée Sainte-Marie Bastide le lundi 2 novembre 2015. Un travail préparatoire a été effectué en amont avec les élèves, tant sur les questions à poser au libraire (en partenariat avec le professeur de Lettres, Mme Belicard) que sur leur statut de lecteur.
Le jour de l’interview, découverte du métier de libraire et portrait du parcours du libraire furent les thèmes abordés.
Cette séance a eu pour but de permettre aux élèves d’approfondir leurs connaissances tant au niveau d’un métier qu’au niveau de leur culture éditoriale contemporaine.
Avec l’aide du professeur-documentaliste, cette journée a été synthétisée sous deux formes par les élèves : création d’une carte mentale collective (utilisation du logiciel Freemind) et articles de presse.
Photographies de la rencontre et créations des élèves vous sont aujourd’hui proposés.
Bonne « lecture-découverte » à tous.

Mme Aline Bertaudon, professeur-documentaliste